Une inhumation pour les événements funéraires classiques

L’inhumation d’un corps et le fait de le déposer dans un caveau ou un tombeau familial. Historiquement et par définition, cela consiste à mettre le défunt en terre. C’est donc un enterrement classique. Le corps du défunt est enterré avec le cercueil qui le contient. L’inhumation se déroule auprès d’un cimetière. Il est possible pour autant de l’organiser dans une propriété privée. Parmi les différents rites funéraires, ce procédé est le plus répandu et aucune entité culturelle ne l’interdit. Du côté administratif, pour organiser une inhumation, il faut une autorisation de la part des autorités compétentes. Ainsi, certaines conditions sont requises pour qu’un défunt puisse être inhumé au sein d’une commune : résidence, inscription à la liste électorale, décès dans le territoire et disposition d’une concession familiale.

Une incinération selon certaines conditions

De la volonté du défunt ou des principes familiaux, il est possible qu’on procède à crémation ou incinération. Cette pratique fut autrefois prohibée mais actuellement, nul règlement ne l’interdit. Toutefois, même si cette façon soit de plus en plus répandue, elle reste minoritaire dans le cadre d’un rite funéraire. Ainsi, certaines entités culturelles ou religieuses sont contre la pratique d’une incinération. Les religions sémites comme l’Islam et les Juifs s’opposent formellement à ce type de procédé funéraire. Contrairement à l’inhumation, la crémation est un rite funéraire par lequel on fait brûler le corps d’un mort. Elle se déroule dans un crématorium. Les cendres sont ensuite placées dans une urne. Cette dernière est ensuite placée dans un columbarium, un cavurne ou un monument funéraire.

Incinération et inhumation : comparer le prix

Entre une inhumation classique et une crémation, le choix tend largement vers la première. En effet, environ deux tiers des Français préfèrent enterrer le corps de leur défunt. Toutefois, il semble que l’incinération commence à gagner réputation car si le rite était autrefois interdit, il se répand abondamment. En parlant de prix, on a pu constater au sein de la plupart des agences de pompes funèbres que même si elle semble être un procédé simple, l’incinération est plus onéreuse que l’inhumation. La comparaison avait montré que les procédures de crémation sont légèrement plus coûteuses qu’un enterrement classique.